Mercredi 21 février 1798, 3 ventôse an VI

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1798-02-21-page1.jpg Original de la lettre 1798-02-21-page2.jpg Original de la lettre 1798-02-21-page3.jpg


n°106

Paris le 3 Ventôse an VI

Maman, M. De joinville m'a fait remettre votre lettre le lendemain de son arrivée et m'est venu voir le surlendemain. Ainsi pour cette commission il a été extrêmement exact. Malheureusement son exactitude en cette circonstance n'était pas aussi nécessaire puisque vos dépêches ne contenaient rien de bien pressé.

Les traitements ne sont pas mieux payés ici qu'à Amiens, peut-être tout viendra-t-il à la fois. Que ne peut-on vivre d'espérance ! j'attendrai les chemises : je n'en suis pas très pressé mais je crois qu'il faudra mieux m'en envoyer la toile, car je les ferai faire en amadis[1]. On aurait besoin pour cela de ma mesure et surtout pour la largeur des cols qui baillent dans toutes celles que j'ai.

Si je vous renvoyais dans ma précédente aux lettres de Reine et de Désarbret[2], c'est que je ne voulais pas me répéter. Vous faites bien peu d'honneur à mon jugement quand vous me croyez capable d'abandonner la Médecine. Si j'eusse été à Rouen, ce à quoi je n'étais pas encore bien décidé, je n'aurais pas pour cela abandonné l'étude de l'art de guérir. C'est mon gagne-pain et j'espérais bien continuer de m'y livrer.

Il est vrai que je ne mange plus avec Auguste[3], je continue de vivre où je vivais. L'arrivée de Brasseur aurait changé notre économie : je n'ai point été fâché, entre nous, qu'il l'ait fait manger ailleurs. D'abord c'était chez Duméril[4] ; maintenant c'est chez Montfleury. Il est impossible que je me joigne à eux. Mes heures d'occupation sont celles de leur dîner. Je suis plus libre et dépense moins.

Les destitutions continuent dans les départements. Laffilé fils a éprouvé ce sort à Valenciennes, il est ici, je l'ai vu hier, il est décidé à y rester jusqu'après les élections et à ne faire aucune démarche.

On augure très bien du changement qui vient de s'opérer dans le Ministère de la Police. Le citoyen Dondeau qui remplace Sotin n'est pas en odeur de sainteté parmi les jacobins, mais il a l'estime des honnêtes gens[5].

Les jacobins levaient le front et tenaient leurs clubs. Le Bureau Central en avait averti le Directoire ; les lettres étaient interceptées chez le Ministre. Voilà assure-t-on la cause de la destitution.

Je continue d'aller chez Charles Dumont. J'y ai mangé cinq ou six fois depuis son mariage. Sa femme serait enceinte[6]. Il se plaint que papa[7] ne réponde à aucune des deux lettres qu'il lui a adressées pour lui faire part de son mariage.

Je suis bien fâché de n'avoir pas aujourd’hui assez de temps pour écrire à mes tantes. Je profiterai de la première occasion. Je remercie Geneviève de son bon souvenir et j'y suis bien sensible.

Je vous embrasse bien tendrement ainsi que papa. Je sais que mes lettres vous sont communes.

Votre fils C. Duméril


Notes

  1. L’amadis est une manche de chemise qui s'applique exactement sur le bras et se boutonne sur le poignet sans faire de plis.
  2. Reine, sœur d’André Marie Constant Duméril ; Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, leur frère.
  3. Auguste (l’aîné), frère d’André Marie Constant Duméril.
  4. Jean Charles Antoine dit Duméril, Florimond dit Montfleury, frères d’André Marie Constant Duméril.
  5. Pierre Jean Marie Sotin de La Coindière est ministre de la police depuis le 26 juillet 1797. Nicolas Dondeau qui lui succède, maire de Douai de 1794 à 1795, reste quelques mois au ministère (jusqu’au 16 mai 1798).
  6. Rosalie Rey accouche le 30 septembre 1798 de Henriette Rose.
  7. François Jean Charles Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 47-49)

Pour citer cette page

« Mercredi 21 février 1798, 3 ventôse an VI. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_21_f%C3%A9vrier_1798,_3_vent%C3%B4se_an_VI&oldid=35048 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.