Mercredi, mi-février 1871

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à Félicité et Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller)

original de la lettre 1871-mi-février pages 1-2.jpg original de la lettre 1871-mi-février adresse.jpg


1 h

Chère bonne-Maman, cher bon-papa, Charles[1] vous a écrit hier soir et ce matin, vous saviez l'affreux malheur qui vient nous frapper tous[2]. Pauvre Mère[3] ! pauvres parents, pauvres tous qui sont seuls pour supporter de si grandes épreuves et ne pas pouvoir leur donner un mot de consolation.

Mettons notre confiance en Dieu, Lui qui nous envoie l'épreuve nous donnera la force de la supporter.

Je vous embrasse de tout cœur

Votre bien affectionnée

Eugénie

Merci pour vos bons œufs mais il ne faut pas vous en priver.


Notes

  1. Charles Mertzdorff.
  2. Julien Desnoyers, tué le 5 janvier au fort d’Issy.
  3. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Madame Duméril

Pour citer cette page

« Mercredi, mi-février 1871. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à Félicité et Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi,_mi-f%C3%A9vrier_1871&oldid=35272 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.