Mardi 14 juin 1881 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann), accompagnée de la lettre suivante


Fs1881-06-14A Marie.jpg


Mardi[1] matin, nous venons de recevoir ta bonne lettre mon père chéri et je viens bien vite t’en remercier, tout est arrivé à bon port et les 2 chèques sont dans la poche de Marcel[2] en route pour aller chez le banquier[3]. Je suis bien contente de toutes les nouvelles que tu me donnes, tu as un talent, mon cher Papa, pour résumer tout ce qu’il y a d’intéressant à dire. Mon dîner d’hier s’est bien agréablement passé et à l’instant Émilie[4] arrive, elle vient dire adieu à bon-papa et bonne-maman[5] qui partent demain matin à 8h. Comme cette petite sœur veut aussi t’écrire aujourd’hui je te dis encore une fois adieu mon cher Papa et je t’embrasse de tout mon cœur en te remerciant de nouveau. Amitiés de tout le monde pour toi.

tout à toi,

Marie


Notes

  1. Lettre non datée, probablement du mardi 14 juin 1881, après l'arrivée des chèques annoncés le 12.
  2. Marcel de Fréville.
  3. Probablement à la banque Offroy.
  4. Émilie Mertzdorff, sœur de  Marie.
  5. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Mardi 14 juin 1881 (A). Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann), accompagnée de la lettre suivante », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_14_juin_1881_(A)&oldid=40708 (accédée le 23 mai 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.