Lundi 4 octobre 1915

De Une correspondance familiale


Lettre de Damas Froissart, avec un ajout de son épouse Emilie Mertzdorff (Paris) à leur fils Louis Froissart (Campagne-lès-Hesdin ?)

original de la lettre 1915-10-04 pages 1-4.jpg original de la lettre 1915-10-04 pages 2-3.jpg


Paris, lundi 4 octobre

Mon cher Louis,

Je t’envoie un petit bonjour. Je vois par une lettre qui arrive de Pierre[1] qu’il est [donc] maintenant à Fontainebleau et que tu as dû le voir hier, mais une lettre de Made[2] dit que leur arrivée est retardée.

Tu pourras probablement dès demain voir ton beau-frère[3] titulaire d’une [pension] (pour 2 ans sauf à la renouveler, s’il reste privé de l’usage normal de son bras).

Charge-toi de mille amitiés pour eux.

Nous avons aujourd’hui les Paul Froissart ([moins] Gabrielle[4] retenue par un fils atteint de dysenterie). C’est le jour du service anniversaire de nos parents : on y a compris Jules Froissart[5] et Robert de Fréville[6].

Je pense que l’état de mon ami Target[7] reste stationnaire : tiens-moi au courant.

Ma dépêche t’aura dit que nous offrons [ ] l’hospitalité (totale ou partielle, je l’ignore) aux de Place. Hélène[8] t’aura plus complètement fixé à cet égard.

Je présume que tu as pu pourvoir aux premiers besoins financiers de ton frère Pierre, la durée incertaine de notre présence ici est subordonnée, en ce qui me concerne, aux nouvelles de Target, aux nouvelles qui peuvent me venir de Lyon, de Jaeglé[9] (selon qu’il vient là-bas ou n’y vient pas), du Ministère de la Justice, etc. donc continue à faire suivre mes lettres (et éventuellement les télégrammes après que tu les auras lus).

Nous allons tous bien et t’embrassons

D. Froissart

J’ai dû laisser sur mon bureau une revue hebdomadaire, veux-tu l’envoyer à Jacques[10] en y joignant les dernières parues. Merci, je t’embrasse. Emy.    

Nous ne connaissons pas jusqu’à présent de victime de la grande attaque. Le 1er corps [n’y] était pas, je crois. Michel[11] nous écrit le 28 : [il a] métier bien périlleux avec sa ligne téléphonique à créer ou rétablir.

Elise[12] a pu voir Jacques 24h à Hazebrouck : Je te l’ai peut-être déjà écrit.

Mille amitiés,

D. Froissart


Notes

  1. Pierre Froissart, frère de Louis.
  2. Madeleine Froissart, épouse de Guy Colmet Daâge et sœur de Louis.
  3. Guy Colmet Daâge.
  4. Gabrielle Froissart, épouse d’Albert Tréca.
  5. Jules Froissart, tué en septembre 1914.
  6. Robert de Fréville, tué en septembre 1914.
  7. Louis Target.
  8. Hélène Duméril, épouse de Guy de Place.
  9. Georges Jaeglé.
  10. Jacques Froissart, frère de Louis.
  11. Michel Froissart, frère de Louis.
  12. Elise Vandame, épouse de Jacques Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 4 octobre 1915. Lettre de Damas Froissart, avec un ajout de son épouse Emilie Mertzdorff (Paris) à leur fils Louis Froissart (Campagne-lès-Hesdin ?) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_4_octobre_1915&oldid=55450 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.