Lundi 30 juin 1919 (A)

De Une correspondance familiale


Lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé)


original de la lettre 1919-06-30A pages 1-4.jpg original de la lettre 1919-06-30A pages 2-3.jpg


30 Juin 19

Mon cher Louis,

Je t’envoie les 500 F annoncés que j’ai fait assurer. Nous avons reçu ce matin ta dépêche au sujet des Russes[1]. Ton papa[2] s’en est occupé tout de suite avec Michel[3] qui faisait la démarche pour son compte ; ils ont appris que le délai était prolongé d’un mois.

Michel a pu ne partir que ce matin à 11h étant arrivé Samedi à 5h. Il va bien, plein d’entrain, ne sait rien encore de sa démobilisation, naturellement. Il pense prendre sa permission à l’extrême fin de Juillet et en consacrer la majeure partie à une colonie de vacances, mais celle-ci ne commence que vers le 4 Août. J’espère qu’il en profitera de ce délai pour venir jusqu’à Brunehautpré… si nous y sommes ! je ne sais plus quand nous y partons. Les CD[4] n’y viennent plus en Juillet, Patrice et Bernard commençant la coqueluche. Elise[5] m’écrit que Jacqui[6] paraît pris aussi ! j’espérais que ceux-là du moins y échapperaient.

Ton père est revenu hier à 5h d’Hazebrouck via Petite-Synthe, Oye, Boulogne ; il avait fait venir l’auto Vendredi à Arras et c’est Prévost qui l’a conduit. Jacques[7] est allé à l’enterrement[8] bien que très occupé. Il doit venir à Paris prochainement et y sera en tout cas convoqué Samedi prochain pour une réunion du Conseil de Surveillance de Vieux-Thann. Françoise de M.[9] est très souffrante et l’a été surtout Jeudi et Vendredi. Elle est condamnée au repos et  ne pourra certainement pas suivre son mari à Sarrebruck ce qui leur paraît dur à tous deux, car elle ne pourra le rejoindre qu’après la naissance[10] et tout à fait remise, ce qui la conduira bien jusqu’en Octobre.

Ta dépêche nous a appris que tu avais fait le petit voyage projeté à [« Cocln »].

Ton papa se joint à moi pour t’embrasser tendrement. Lucie[11] vient de rentrer… riche mais ils ont bien du travail en perspective pour débrouiller des comptes inextricables et rétablir la justice.

Emy

Il est question que nous allions Dimanche au concours agricole à Montreuil.


Notes

  1. Titres des emprunts russes.
  2. Damas Froissart.
  3. Michel Froissart, frère de Louis.
  4. Guy Colmet Daâge, son épouse Madeleine Froissart et leurs fils Patrice, Bernard et Hubert Colmet Daâge.
  5. Elise Vandame, épouse de Jacques Froissart.
  6. Leur fils aîné, Jacques Damas Froissart, 5 ans.
  7. Jacques Froissart.
  8. L’enterrement de Ferdinand Degroote.
  9. Françoise de Fréville, épouse de Fernand de Miribel.
  10. La naissance future de Jean François Marie de Miribel.
  11. Lucie Froissart, épouse de Henri Degroote (qui vient d’hériter de son oncle Ferdinand Degroote).

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 30 juin 1919 (A). Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_30_juin_1919_(A)&oldid=56258 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.