Lundi 28 juin 1915 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Guy de Place (Besançon) à M. Meng (Fellering)

original de la lettre 1915-06-28B page 1.jpg


Reçu le 30 Juin 1915
Rép'ondu le 17 Juillet 1915

Besançon le[1] 28 Juin 1915

Mon cher Monsieur Meng,

Je suis en possession de votre lettre qui m’arrive aujourd’hui seulement 28. Je suis très heureux de la Bonne nouvelle concernant les bijoux de Madame de Place[2], et je remercie tous ceux qui se sont occupés de les retrouver. Je regrette vivement que Flory soit malade au point qu’il semble que vous en êtes inquiet.

Je vous confirme ma lettre d’hier. Comme je ne serai plus ici lorsque M. Hochstetter passera, je vous prie de faire expédier ces bijoux, dans ma boîte en bois, par la poste à Madame Léon Duméril[3] 25 rue Montparnasse Paris valeur déclarée, 2 000F. Si on n’acceptait pas l’expédition depuis l’Alsace Hochstetter pourrait tout emporter depuis à Lyon, et faire l’expédition depuis là. Il faut que la boîte soit ficelée et cachetée sous toutes ses faces.

Je regrette bien de ne plus voir Hochstetter à son passage. Je sais qu’il fera pour le mieux.

Recevez, avec Madame Meng, mes meilleures salutations.

GP


Notes

  1. Papier à en-tête :
  2. Hélène Duméril, épouse de Guy de Place.
  3. Marie Stackler, veuve de Léon Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 28 juin 1915 (B). Lettre de Guy de Place (Besançon) à M. Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_28_juin_1915_(B)&oldid=40492 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.