Lundi 25 et mardi 26 juillet 1870

De Une correspondance familiale

Fragment de lettre d’Emilie Mertzdorff (Paramé) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1870-07-25.jpg


Lundi matin 10 h

Cher bon père,

je t'écris en attendant qu'oncle Julien[1] m'appelle pour ma carte. En rentrant de notre promenade en bateau on nous appelle pour faire des crêpes, oncle et Alphonse et tante[2] commencent, Hortense[3] jette sa crêpe par terre et moi à moitié. nous rions beaucoup. (Mardi) Nous recevons ta chère dépêche nous nous réjouissons bien d'aller te chercher. la mer est splendide et furieuse, moi je suis si contente que je ne sais plus ce que je t'écris. Samedi on vient nous réveiller de bonne heure nous nous habillons bien vite quoique bien endormies et fatiguées et nous partons à la pointe de la Varde. nous trouvons une charmante plage où il y a de jolies coquilles et de petits crabes enfin on arrive <à la> pointe mais nous ne nous y arrêtons pas et continuons plus loin.


Notes

  1. Julien Desnoyers.
  2. Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers.
  3. Hortense Duval.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 25 et mardi 26 juillet 1870. Fragment de lettre d’Emilie Mertzdorff (Paramé) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_25_et_mardi_26_juillet_1870&oldid=40432 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.