Lundi 23 juin 1794, 5 messidor an II

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

lettre du 23 juin 1794, recopiée livre 1 page 145.jpg


N° 69

Rouen du 5 messidor l'an second de la 1e république

Maman,

Je me procure donc le plaisir de vous écrire. Je profite de l'occasion que vous m'indiquez, puisse-t-elle revenir souvent elle augmentera la somme de mes jouissances.

J'ai reçu la lettre d'Auguste[1], je lui ai répondu, mais depuis ce temps les circonstances ont bien changées, comme vous avez dû voir, par mes lettres à papa[2] et à Désarbret. J'attends leur réponse, je suis attendant dans une anxiété qui me chiffonne considérablement, vous connaissez mon caractère vif et impatient. J'ai besoin de le dompter souvent c'est un grand bonheur pour moi et je m'en félicite intérieurement.

Je suis très honnêtement habillé. Je vais vous en donner une idée. J'ai une grande redingote bien faite et une culotte du même drap dont vous avez reçu un échantillon, j'ai avec cela, une veste écarlate rayée de noir, des bas de coton, chinée de bleu, voilà un habillement honnête que je mets lorsque je sors. J'ai fait faire le sans culotte je ne l'ai pas encore mis, mais il fait un assez bon effet. J'ai reçu la paire de bas, il y en a une qui n'est guère propre, je m'en servirai pour mettre sous la Marseillaise, elle sera excellente.

Mon traitement a déjà lieu je serai payé par trimestre à compter du 20 Floréal, ainsi j'ai déjà gagné 60ll qui serviront à monter mon petit ménage. Cependant j'aurai recours à vous, quand j'y serai comme pour quelques serviettes et ce que j'ignore.

Madame Thillaye doit vous écrire ainsi je ne vous parle point d'elle, ses enfants se portent bien.

Rien de nouveau ici tout est tranquille. Nous, gardes nationaux, élevons ici un nouveau monument à la libération que nos canonniers abattront le 26 messidor, anniversaire du 14 Juillet.

Je vous embrasse ainsi que papa et toute la famille.

Votre fils Constant Duméril


Notes

  1. Auguste (l’aîné) et Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, frères d’André Marie Constant Duméril.
  2. François Jean Charles Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p. 145

Pour citer cette page

« Lundi 23 juin 1794, 5 messidor an II. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_23_juin_1794,_5_messidor_an_II&oldid=40414 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.