Lundi 22 août 1870 (C)

De Une correspondance familiale

Lettre de Jean Dumas, avec quelques mots de sa mère, à Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1870-08-22C.jpg


Lundi

Ma chère Marie

J'ai su que tu étais tombée & que tu t'étais fait bien mal. Est-ce que tu as beaucoup de bosses ? Comment donc ami Julien[1] peut-il aller à la guerre & dîner au Jardin des Plantes. Est-ce qu'on ne chasse pas les Prussiens ? J'embrasse ami Julien, je t'embrasse aussi & Emilie[2] chérie. Je t'envoie 2 images. vous direz à tante & oncle[3] que je les aime enfin à tout le monde.

Adieu

Jean Dumas[4]

Merci pour les coquilles.

Maman'[5] charge Jean de dire que la poste de cet après-midi n'a rien apporté, pas d'autres nouvelles que celles que papa a dû donner.


Notes

  1. Julien Desnoyers.
  2. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  3. Aglaé Desnoyers et son époux Alphonse Milne-Edwards.
  4. Jean Dumas n'a que 5 ans ; il est donc possible qu’on lui ait tenu la main.
  5. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas (« papa » ?), et auteur probable de cet ajout.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 22 août 1870 (C). Lettre de Jean Dumas, avec quelques mots de sa mère, à Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_22_ao%C3%BBt_1870_(C)&oldid=40391 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.