Lundi 12 novembre 1917

De Une correspondance familiale

Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé)

original de la carte-lettre 1917-11-12.jpg


12 Novembre

Mon cher Louis,

Nous avons eu la surprise de voir arriver Pierre[1] Vendredi soir et l’avons gardé jusqu’à l’aube de Dimanche. Cela nous a paru d’autant meilleur que c’est une permission « à l’œil » et sans préjudice pour celle qu’il compte prendre dans 15 jours. Il la commencera probablement à Nancy où M. D.[2] le fera inviter par son fils[3], car s’il ne fait pas d’opposition de principe, il désire que l’on se connaisse davantage.

Elise[4] reçoit régulièrement de bonnes et rapides nouvelles de Jacques qui doit être arrivé à Milan. C’était le dernier point connu de son itinéraire. Il est ravi de ce beau voyage qui s’est très bien passé. Dieu veuille que de mauvais jours ne l’attendent pas là-bas ? ton papa[5] prévoit tant de choses épouvantables… mais non, il faut avoir confiance et surtout ne pas se laisser abattre et décourager. Je t’embrasse tendrement.

Emy


Notes

  1. Pierre Froissart, frère de Louis.
  2. Antonin Daum, père d’Antoinette, que Pierre Froissart épousera en 1919.
  3. Michel Daum.
  4. Elise Vandame, épouse de Jacques Froissart.
  5. Damas Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 12 novembre 1917. Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_12_novembre_1917&oldid=53092 (accédée le 5 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.