Lacroix, Silvestre François (1765-1843)

De Une correspondance familiale

Lorsque, en mai 1843, André Marie Constant Duméril apprend la mort de son ami le mathématicien Lacroix, il se dit «  péniblement affecté ». Tous les deux sont membres de la Société Philomathique (Lacroix depuis 1793) et se rencontrent lors de dîners entre savants (lettre du 1er octobre 1810).

Lacroix, membre de l'Institut (Académie des sciences), professeur au Collège de France et à la Faculté des Lettres de Paris, a publié de très nombreux ouvrages (sur le calcul intégral et différentiel, la géographie mathématique, etc.), dont certains de vulgarisation (éléments d’arpentage, de géométrie, de trigonométrie, l’algèbre ou d’arithmétique).



Pour citer cette page

« Lacroix, Silvestre François (1765-1843) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lacroix,_Silvestre_Fran%C3%A7ois_(1765-1843)&oldid=41981 (accédée le 19 juin 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.