La Métherie, Jean Claude de (1743-1817)

De Une correspondance familiale

Dans son Eloge d’André Marie Constant Duméril, Pierre Flourens évoque les relations de Georges Cuvier avec Jean Claude de La Métherie.

A la fois naturaliste, minéralogiste, géologue et paléontologiste, Jean Claude de La Métherie pratique aussi la médecine.

Favorable à la Révolution, il attaque Condorcet et s’oppose aux Jacobins. La Terreur l’oblige à quitter Paris et il ne peut reprendre la publication du Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts qu’en 1797 dont il était l’éditeur depuis 1785. La mort de Daubenton (1716-1799) lui donne l’espoir de le remplacer au Collège de France (1812), mais Georges Cuvier lui est préféré. Celui-ci ne pouvant assurer toute sa charge, il lui cède l'enseignement de la géologie, ainsi que le tiers, puis les deux tiers, des revenus qui y sont rattachés.

Jean Claude de La Métherie est l’un des premiers pédagogues de la géologie à faire des leçons sur le terrain. On lui doit la description de plusieurs espèces minérale.



Pour citer cette page

« La Métherie, Jean Claude de (1743-1817) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=La_M%C3%A9therie,_Jean_Claude_de_(1743-1817)&oldid=41974 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.