Jeudi 7 juillet 1887 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre de Sophie Villermé, veuve d'Ernest de Fréville (Launay près de Nogent-le-Rotrou) à sa belle-fille Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris)


Fs1887-07-07A S de Fréville.jpg


7 Juillet 87 - 9h

Ma chère Marie, vos enfants[1] vont bien - au physique et au moral. Vos deux grands n’ont eu aucun désespoir ni colère depuis Dimanche et n’ont cessé d’être gentils, obéissants.

Ch. et M-Thérèse ont quelques colères mais pas plus que d’habitude ; leur santé me semble excellente. Every body is well.

J’ai été ce matin à la messe de 7h à Saint-Hilaire et j’ai cru bien faire en offrant à Mlle de C[2] d’y venir avec moi, les enfants ne commençant pas leur allemand avant 8h.

La dépêche que Marcel[3] m’a envoyée hier à 10h35 est arrivée ici à 1h1/2. Depuis ce moment, je serais encore plus avec vous, si je n’y étais complètement depuis nos premières angoisses.

Ma pauvre et chère enfant, je suis tout à vous.

S. de F.

M. [ ] [39 Boulevard Haussmann] [ ][4]


Notes

  1. Jeanne, Robert, Charles et Marie-Thérèse de Fréville.
  2. Mademoiselle de Castel, préceptrice.
  3. Marcel de Fréville.
  4. Notes crayonnées en marge.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Jeudi 7 juillet 1887 (A). Lettre de Sophie Villermé, veuve d'Ernest de Fréville (Launay près de Nogent-le-Rotrou) à sa belle-fille Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_7_juillet_1887_(A)&oldid=40155 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.