Jeudi 30 juillet 1868 (A)

De Une correspondance familiale

Billet de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Villers-sur-mer)

original de la lettre 1868-07-30 A.jpg


CHARLES MERTZDORFF

AU VIEUX THANN

Haut-Rhin[1]

Un petit mot seulement ma chère Nie pour te dire que mon indisposition n’a rien été & tout à l’heure j’ai dîné avec Léon[2] comme un grand garçon. Du reste j’en sentais le besoin car hier & ce matin je me suis tenu à une diète absolue. Mon système tu sais.

Ce matin je me suis levé à 6 h.  à 7 h à la mairie où j’avais réunion mais n’ai pu y rester que jusqu’à 8 h. J’étais à Thann pour l’orphelinat.

Le pauvre maire[3] a été très convenable, il y a des visites de Zurcher[4], je te quitte à la hâte

tout à toi

Charles Mertzdorff

Jeudi 3 h.


Notes

  1. En-tête imprimé.
  2. Léon Duméril.
  3. Louis Alexandre Henriet.
  4. Alphonse Zurcher.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 30 juillet 1868 (A). Billet de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Villers-sur-mer) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_30_juillet_1868_(A)&oldid=40076 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.