Jeudi 16 mai 1799, 27 floréal an VII

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens)

Original de la lettre 1799-05-16-pages1-4.jpg Original de la lettre 1799-05-16-page2.jpg


n° 115

Papa.

Duméril est dans le chagrin. il vient de perdre sa femme[1]. à la suite de sa couche, elle avait eu une pleurésie à laquelle s’est jointe une fièvre putride. Elle est morte hier à six heures du soir, au moment où nous concevions les plus grandes espérances. C’était le 23e jour de la maladie mais un accès l’a tellement affaiblie, quelle n’a plus eu la force d’expectorer. ses crachats l’ont étouffée dans nos bras.

Son fils se porte bien. il va s’occuper de lui trouver une nourrice. Adieu. quoique bien fatigué, je me porte bien. Il n’y a rien de nouveau. Je vous écrirai un de ces jours.

Votre fils

C. Duméril

Paris le 27 Floréal.


Notes

  1. Jean Charles Antoine dit Duméril, frère d’André Marie Constant Duméril, a épousé Agathe Duleau en 1798 ; elle vient d’accoucher de Charles Abel.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 64-65)

Annexe

Au Citoyen Duméril père

Petite rue Saint Rémy

A Amiens

Département de la Somme

Pour citer cette page

« Jeudi 16 mai 1799, 27 floréal an VII. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_16_mai_1799,_27_flor%C3%A9al_an_VII&oldid=39871 (accédée le 5 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.