Hug, François Ignace († 1864) et sa veuve Françoise Gross (née en 1823)

De Une correspondance familiale

Des lettres de Charles Mertzdorff des années 1870 mentionnent « Mme Hug » et sa fille, à propos de couture et de l'asile tenu par les sœurs. Il s'agit de Françoise Gross, veuve de François Ignace Hug.

Françoise Gross est née le 16 février 1823 à Soppe-le-Bas (Haut-Rhin), fille de Thiébaud Gross, journalier et de Françoise Erhard. Françoise Gross a au moins frère, Thiébaud Gross (né vers 1830, menuisier), et une sœur, Justine Gross (née en 1833).
Le 30 octobre 1851, à Soppe-le-Bas, Françoise Gross épouse François Ignace Hug, dessinateur, né à Anspach-le-Bas. Celui-ci décède le 10 novembre 1864.

Le recensement de 1866 à Vieux-Thann mentionne « Françoise Gros [sic], couturière, chef de ménage, 42 ans », habitant avec ses deux filles : Justine Hug, 13 ans, couturière, et Marie Hug, 9 ans. C'est possiblement pour cette jeune fille, Marie Hug, née à Vieux-Thann le 7 janvier 1857, que Charles Mertdorff paie un semestre à l'asile (lettre du 28 juin 1874A). Françoise Gross, veuve Hug, est employée à l'asile comme couturière jusqu'en 1876 (lettre du 31 octobre/1er novembre 1876).



Pour citer cette page

« Hug, François Ignace († 1864) et sa veuve Françoise Gross (née en 1823) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Hug,_Fran%C3%A7ois_Ignace_(%E2%80%A0_1864)_et_sa_veuve_Fran%C3%A7oise_Gross_(n%C3%A9e_en_1823)&oldid=41942 (accédée le 26 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.