Estienne, Jean (1860-1936)

De Une correspondance familiale

Le général Estienne « qui passe pour avoir donné aux Tanks les heureuses proportions qui en ont fait le vrai antidote des tranchées, et des mitrailleuses qui gardent les tranchées » est un des « camarades de l’artillerie » de Damas Froissart (lettre du 26 août 1918).

Jean (Baptiste Eugène) Estienne, né dans la Meuse, fils de Jean Eugène Bertrand Estienne, propriétaire et notaire, et de Marie Emma Noca, est élève de l’École polytechnique (X 1880) après Damas Froissart (X 1872).

Artilleur et ingénieur militaire, il publie des ouvrages techniques, développe l'artillerie moderne et l'aviation militaire. Il crée une arme blindée, un canon de 75, et invente le goniomètre à collimateur (adopté en 1895 par l’artillerie française). Directeur de l’Établissement d’aviation militaire de Vincennes (créé en 1909), il promeut l’observation aérienne des tirs d’artillerie. Après la Belgique et la Marne, il perfectionne des engins de franchissement de tranchée, les chars de combat, qui contribuent au succès des armées françaises ; il reçoit le surnom de « Père des chars ». Général de brigade en 1916, il devient général de division en décembre 1918. Après la guerre, il travaille à l’exploration du Sahara par l’automobile à chenilles souples ; par la suite, il présente un projet de char lourd.
Le 14 octobre 1885 il épouse Camille Jacquot.



Pour citer cette page

« Estienne, Jean (1860-1936) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Estienne,_Jean_(1860-1936)&oldid=53665 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.