Estala, Pedro (1757-1820 ?)

De Une correspondance familiale

Lors de son voyage en Espagne (1805) André Marie Constant Duméril rencontre le secrétaire de Godoy Álvarez de Faria.

Chanoine de Tolède, Estala est réputé pour être la meilleure plume de son temps. Il est l'un des piliers de la politique culturelle du Prince de la Paix (Godoy Álvarez de Faria). Suivant une vocation sans doute plus littéraire que religieuse, il se consacre à la traduction de tragédies de Sophocle et d'Aristote et à l'édition de poètes espagnols et d'une compilation de récits de voyages de l'époque classique et moderne. Il publie également Compendio de la Historia Natural de Buffon (1802-1811). En août 1805, il est chargé par le Prince de la Paix d’accompagner dans ses visites André Marie Constant Duméril qui séjourne à Madrid et qui le cite comme étant « traducteur de Buffon, mais pas naturaliste ». C’est par sa plume qu’Estala se fait remarquer : il devient journaliste au service de Joseph Ier et suit la campagne d'Andalousie afin de rédiger des proclamations et d'autres écrits qui doivent être tirés sur une imprimerie mobile. On trouve encore sa signature entre 1809 et 1812 dans un périodique éphémère, la Gaceta de Madrid.



Pour citer cette page

« Estala, Pedro (1757-1820 ?) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Estala,_Pedro_(1757-1820_%3F)&oldid=41840 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.