Du Petit-Thouars, Aubert Aubert (1758-1831)

De Une correspondance familiale

Du Petit-Thouars fait ses études à l’école militaire de La Flèche. Lorsqu’il se trouve à Rouen en novembre 1791, il rencontre André Marie Constant Duméril qui annonce à ses parents que le « Chevalier Aubert » doit lui confier des graines pour les leur faire passer à Amiens. Cette mention indique que non seulement les familles se connaissent mais aussi que Du Petit-Thouars manifeste déjà de l’intérêt pour la botanique. En effet il doit accompagner son frère Aristide qui part le 1er janvier 1792 à la recherche de Jean-François La Pérouse disparu depuis quatre ans, mais, embarqué après lui, il tente inutilement de le rejoindre à l’île de France. Obligé de s'arrêter dans cette île, il profite de son séjour pour étudier la flore du pays. Il passe ensuite quelques mois à Madagascar et visite les îles Mascareignes de 1792 à 1802. Il revient en France avec un herbier de 2 000 plantes. Il publie en 1804 l'Histoire des végétaux recueillis dans les isles de France, La Réunion (Bourbon) et Madagascar. Il devient directeur des Pépinières impériales du Roule (Paris) à partir de 1806, et est élu membre de l'Académie des sciences en 1820. Outre l'ouvrage déjà cité, il a publié plusieurs livres sur la botanique, l’histoire des végétaux et les arbres fruitiers.



Pour citer cette page

« Du Petit-Thouars, Aubert Aubert (1758-1831) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Du_Petit-Thouars,_Aubert_Aubert_(1758-1831)&oldid=41809 (accédée le 31 janvier 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.