Dimanche 9 mars 1794, 19 ventôse an II

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

lettre du 9 mars 1794, recopiée livre 1 page 130.jpg lettre du 9 mars 1794, recopiée livre 1 page 131.jpg


N° 61

Rouen du 19 Ventôse de l'an second

Maman,

Rien de nouveau ici. Les vivres y sont aussi rares qu'à Amiens, nous sommes réduits à douze onces de pain par jour, pas de viande qu'aux malades ; quant à nous ne manquons pas parce que la Citoyenne[1] Thillaye en fait venir de la campagne, mais les autres ! ça fait pitié.

Les maladies sont ici fort communes. La fièvre dont vous me parlez, s'est aussi manifestée dans nos hôpitaux. Quant à moi je me porte bien.

Le Médecin Coste, dont vous me parlez était un homme instruit. Il était membre du conseil de santé, on le regrette.

Quant aux incarcérations, c'est partout de même. Heureux de n'avoir aucun détenu dans notre famille. J'ai reçu il y a quelques temps des nouvelles de mon oncle De quevauvillers[2], il se portait bien à ce qu'il me marquait ; je lui ai répondu depuis.

Quand vous écrirez à ma tante Basilice[3], mille choses de ma part. Le mariage de Duval[4] m'a étonné ; je ne le croyais pas à Amiens.

La Garde Nationale invite à aller défricher les Bruyères et elle y va à tour de rôle, j'ignore si lorsqu'il y aura de la neige, on ne la fera pas mettre en Mulon par les citoyens. Je suis assez content de moi, j'ai travaillé cet hiver, je n'ai pas perdu un instant. L'anatomie a été pour moi la même passion que celle de courir aux insectes : jugez.

J'embrasse papa[5] et la famille et vous souhaite une bonne santé.

Votre fils Constant Duméril


Notes

  1. Le remplacement officiel du mot Madame par l’appellation de citoyenne date d’un arrêté de la Commune de Paris du 21 août 1792.
  2. Antoine de Quevauvillers, beau-frère de Rosalie Duval.
  3. Basilice Duval, sœur de Rosalie.
  4. Alexandre Duval (1770-1836) épouse en 1794 Emérancienne Machart.
  5. François Jean Charles Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p.  130-131

Pour citer cette page

« Dimanche 9 mars 1794, 19 ventôse an II. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_9_mars_1794,_19_vent%C3%B4se_an_II&oldid=39719 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.