Dimanche 6 octobre 1793 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Mme Platel (veuve Thillaye) (Rouen) à Rosalie Duval (épouse Duméril) (Amiens)

lettre du 6 octobre 1793 (B), recopiée livre 1 page 121.jpg


Madame

Toujours dans l'attente du courrier LeGendre, j'ai différé jusqu'à ce moment le plaisir de m'entretenir avec vous ; et ce jour d'occupation ne me donne le temps, que d'avoir l'honneur de vous saluer ainsi que toute votre chère famille. Embrassez mon bonhomme[1], qui vraiment abuse de vos bontés, Croyez-moi en pénétrée de la plus entière reconnaissance avec laquelle je ne cesserais d'être

Platel VveThillaye.


Notes

  1. Un fils de Mme Thillaye séjourne à Amiens dans la famille Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p. 121. Cette lettre est jointe à celle de André Marie Constant Duméril (document 1793-12)

Pour citer cette page

« Dimanche 6 octobre 1793 (B). Lettre de Mme Platel (veuve Thillaye) (Rouen) à Rosalie Duval (épouse Duméril) (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_6_octobre_1793_(B)&oldid=39682 (accédée le 3 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.