Dimanche 16 août 1801, 28 thermidor an IX

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1801-08-16-page1.jpg Original de la lettre 1801-08-16-page2.jpg


n° 139

Paris le 28 Thermidor an 9

Maman, Soyez aussi tranquille que je le suis maintenant et tâchons d'oublier les grands désagréments que nous avons éprouvés[1]. Le mal est porté à son comble il n'y a plus de remède. Ce que je désire le plus d'apprendre maintenant c'est que tout soit entièrement fini. Je vous prie en grâce d'engager Désarbret[2] à me faire connaître le résultat de la remise des effets et somme. Voilà ce qui me soulagera le plus. Je suis bien éloigné de penser comme vous relativement aux petites dépenses que j'ai pu faire et dont je n'ai ni note ni quittance. Nous gâterions par ces petits procédés la beauté et la grandeur de notre cause. Il faut que nous ayons le droit de blâmer et qu'on n'ait rien à nous reprocher.

Je n'ai pas encore remis à Dumont[3] la lettre que vous lui avez écrite et que je n'ai reçue qu'hier. Je le verrai aujourd'hui. Mme Lefebvre de Sénarpont[4] vient de m'apporter une lettre de ma sœur Testu[5]. malgré la note que j'ai trouvée dans l'un des derniers paquets que vous m'avez envoyés, j'ai cru devoir le charger de la pendule de ma tante Basilice[6], et je vais aller la lui porter. J'espère qu'elle en sera contente. Elle est excellente et très propre.

Je vous embrasse et toute la famille.

Votre fils C. Duméril


Notes

  1. André Marie Constant Duméril fait allusion à l’échec de son projet de mariage avec Mlle Brasseur.
  2. Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, frère d’André Marie Constant Duméril.
  3. Probablement André Dumont.
  4. Une partie de la famille Duval est originaire de Sénarpont.
  5. Rosalie Duméril, sœur d’André Marie Constant, a épousé Augustin Testu en 1795.
  6. Basilice Duval.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 97-98)

Annexe

À Madame

Madame Duméril la mère

petite rue Saint Rémy, n° 4804

à Amiens

Département de la Somme

Pour citer cette page

« Dimanche 16 août 1801, 28 thermidor an IX. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_16_ao%C3%BBt_1801,_28_thermidor_an_IX&oldid=39384 (accédée le 20 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.