Dimanche 15 avril 1877

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1877-04-15.jpg


Ma chère Marie

Hier à dîner, pour ton jour de naissance & tes 18 ans nous avons bu à ta santé, que pouvions-nous faire de plus ! Et me voilà réduit à charger ce petit papier à t’embrasser comme je voudrais tant le faire moi-même.
A cette occasion bonne-maman[1] m’a chargé de mille choses affectueuses pour toi, ce dont je me charge volontiers.

Les Duméril ont fait visite aux Stackler où l’on avait d’excellentes nouvelles du jeune ménage[2] qui a séjourné 2 à 3 jours à Genève & doit être depuis hier à Nice où l’on séjournera un peu.

Les Borel & tout le monde de la noce se trouvent encore à Mulhouse mais cette semaine chacun rentre chez lui. Les Duméril travaillent aux lettres de faire-part.

Mille baisers ma chérie de ton père qui voudrait bien être auprès de toi.
ChsMff


Notes

  1. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  2. Marie Stackler et Léon Duméril en voyage de noces.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 15 avril 1877. Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_15_avril_1877&oldid=39370 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.