Briquet, Raoul (1875-1917) et ses proches

De Une correspondance familiale

Raoul Briquet, né en 1875 à Douai, est le fils de Joseph Fidèle Charles Louis Briquet, greffier en chef à la cour d'appel de Douai, et le petit-fils de Désiré Joseph Briquet, percepteur des contributions directes à Saint-Pol-sur-Ternoise, où il est élu conseiller municipal en 1881.

Pendant ses études de droit à Paris Raoul Briquet adhère au groupe des Etudiants collectivistes ; il collabore à la revue Mouvement Socialiste (1901 et 1902). Il est avocat à Arras puis à Béthune. Adhérant à la Fédération socialiste autonome, il s’intéresse au droit ouvrier, au code du travail, au syndicalisme, à l'organisation du travail. Il devient conseiller général du canton de Vimy (1909) puis député (1910).

Mobilisé dans l’infanterie, il se partage entre le front et la Chambre. Après la libération de Bapaume par les troupes du Commonwealth, Raoul Briquet et un autre député, Albert Tailliandier, viennent annoncer un soutien financier aux habitants du Pas-de-Calais. Le 25 mars 1917 une bombe à retardement, enterrée dans la cave du l’hôtel de ville où ils logent, explose. L’explosion détruit l’édifice, tuant Raoul Briquet, Albert Tailliandier et dix-neuf Australiens. Damas Froissart commente l’accident dans une lettre à son fils (1er avril 1917). Après la guerre, en 1924, une souscription est ouverte pour offrir un monument en l’honneur des deux députés.



Pour citer cette page

« Briquet, Raoul (1875-1917) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Briquet,_Raoul_(1875-1917)_et_ses_proches&oldid=53516 (accédée le 7 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.