Bihourd, Georges (1846-1914)

De Une correspondance familiale

Edgar Zaepffel, conseiller à la préfecture de Nancy, écrit en août 1884 à sa nièce Marie Mertzdorff-de Fréville : « Le Préfet viendra me voir [à Colmar] au commencement de septembre. C’est un homme charmant, tout simple, tout naturel, mes relations avec lui sont des meilleures, je puis même dire qu’elles sont cordiales. Il a un grand désir de connaître notre pauvre Alsace. Nous chasserons un peu, nous visiterons beaucoup nos belles montagnes ».

(Paul Louis) Georges Bihourd, parisien, fils de rentier, fait des études de droit ; sa thèse (Des divers ordres de successions) est publiée 1869. D'abord avocat à la Cour d'appel de Paris, il entre dans l'administration préfectorale en 1876 ; sa carrière le conduit en Charente, dans l'Yonne, la Seine-et-Marne (1877), l'Aube, l'Hérault (1879), le Pas-de-Calais (1880), la Meurthe-et-Moselle (1883-1885). A la Direction de l'administration départementale et communale (1885-1886), il présente La Situation financière des communes. Il embrasse la carrière diplomatique à partir de 1886 : résident général à Tunis puis de l'Annam et du Tonkin. Il devient ministre plénipotentiaire à Lisbonne (1890-1895), La Haye (1899), ambassadeur à Berne, puis à Berlin (1902).


Pour citer cette page

« Bihourd, Georges (1846-1914) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Bihourd,_Georges_(1846-1914)&oldid=25135 (accédée le 7 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.