Barrillon, Jean Joseph François Alexandre (1762-1817)

De Une correspondance familiale

Jean Joseph François Alexandre Barrillon est associé avec Denis Castanet à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle.

Jean Joseph François Alexandre Barrillon est né dans les Hautes-Alpes dans une famille de négociants calvinistes. Il se forme au commerce à Bayonne, avant de partir pour Saint-Domingue (1782). Il s’associe à des négociants de Cap-Français et achète l’habitation du Pilate de moitié avec Denis Castanet. Après un séjour en France, il revient à Saint-Domingue en 1791, et s’oppose à une alliance avec les Anglais. Il est nommé par acclamation commandant du quartier de Plaisance lors de la révolte des esclaves dans la plaine du Nord. Pendant 6 mois, avec 300 hommes, il mène les combats.

Revenu en France, il se cache à Lyon pendant la Terreur, vient à Paris en 1795, y établit une maison de banque. Il fait partie de la garde nationale qui défend Paris en 1814. En 1815, à l’époque des Cent-Jours, il est député de Gap.

En 1800, Denis Castanet lui intente, sans succès, un procès pour réclamer sa part de bénéfice de leur association.

Quelques documents imprimés portent trace des activités politiques de Barrillon à Saint-Domingue : un placard du Serment des commissaires de l'assemblée générale (juin 1790), la Réponse au Discours prononcé à l'ouverture de la séance du 15 juin 1790 par Monsieur de Trémondrié, président de l'assemblée provinciale du Nord et un Discours prononcé, le 3 octobre 1790, par M. Barrillon, à l'assemblée paroissiale de Saint-Michel de Plaisance (imprimé au Cap-Français).



Pour citer cette page

« Barrillon, Jean Joseph François Alexandre (1762-1817) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Barrillon,_Jean_Joseph_Fran%C3%A7ois_Alexandre_(1762-1817)&oldid=41558 (accédée le 26 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.