Viel, Just (1792-1864) et son épouse Pauline Bridon de La Maillardière

De Une correspondance familiale

Séjournant au Havre chez son beau-frère Michel Delaroche en juin-juillet 1841, André Marie Constant Duméril est invité chez Mme Viel « afin d’y voir un Caïman ou crocodile vivant ».

Il s’agit probablement de Pauline Bridon de La Maillardière (1796-1867), qui a épousé (Victor) Just Viel en 1825, à Washington (USA). Ils ont 4 filles, nées entre 1826 et 1833.

Just Viel est négociant au Havre. Il est nommé maire de Havre par intérim (décembre 1858 - août 1860) puis maire en août 1860. Il décède en fonction en février 1864. Il a publié un Rapport de la commission chargée d'examiner quels seraient les résultats probables d'une entreprise commerciale ayant pour objet l'établissement d'une ligne de paquebots à vapeur entre Le Havre et New York, présenté à la Chambre de commerce le 3 avril 1840 (avec Delaroche et Perquer fils aîné) et un compte-rendu sur la situation de la ville devant le Conseil municipal (1863).



Pour citer cette page

« Viel, Just (1792-1864) et son épouse Pauline Bridon de La Maillardière », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Viel,_Just_(1792-1864)_et_son_%C3%A9pouse_Pauline_Bridon_de_La_Maillardi%C3%A8re&oldid=42376 (accédée le 31 janvier 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.