Tahan, Jean Pierre Alexandre (1813-1892)

De Une correspondance familiale

Dans une lettre de 1861, Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, mentionne les boîtes fabriquées par Tahan.

Jean Pierre Alexandre Tahan reprend l'entreprise de « boîtes et nécessaires » créée par son père et la développe avec une production de coffrets et petits meubles précieux (bonheur du jour, bureaux). La maison Tahan devient alors prospère, faisant travailler de nombreux ateliers ; elle emploie plus de 200 ouvriers à la fin du Second Empire. De 1849 à 1866 la maison Tahan est rue de la Paix à Paris, avant de s’installer boulevard des Italiens. Tahan, ébéniste de Napoléon III, fournit le garde-meuble impérial. Tahan est présent aux expositions de 1849 à 1867 ; il remporte une médaille d'argent en 1849, une à Londres en 1852, et la médaille d'or en 1867. Jean Pierre Alexandre Tahan exerce jusqu'en 1882 et se retire ensuite près du jardin du Luxembourg.



Pour citer cette page

« Tahan, Jean Pierre Alexandre (1813-1892) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Tahan,_Jean_Pierre_Alexandre_(1813-1892)&oldid=42328 (accédée le 1 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.