Souëf, Charles Marin (né vers 1794) et ses proches

De Une correspondance familiale

« M. et Mme Souëf » font partie des personnes que les Duméril fréquentent (voir le Journal intime d’Auguste Duméril en 1841).

Charles Marin Souëf, probablement né à Laon (Aisne) vers 1794, est un magistrat, président près la cour impériale de Caen en 1856, conseiller à la cour de cassation de Paris en 1859. Avec son épouse, Olive Victoire Julliard, une « aimable dame », Charles Marin Souëf a au moins un fils, Charles Souëf. Olive Victoire Julliard meurt en août 1851 à Colmar (Auguste Duméril signale son décès dans son journal).

Charles Souëf (né à Laon en 1823) est magistrat comme son père, procureur général en différentes cours (Caen en 1852, Strasbourg, Nancy en 1857, Riom en 1869, Amiens en 1873). Il est l’ami de Pierre Loti. En 1856, Charles Souëf épouse Louise Marie Anna Piette (Guise, 1838-Vervins dans l’Aisne, 1882), fille d’un banquier.

Le couple Souëf-Piette a un fils, Charles Louis Henri Souëf (Nancy, 1859-Presles &Thierny dans l’Aisne, 1898), marié à Marie Charlotte Petit.



Pour citer cette page

« Souëf, Charles Marin (né vers 1794) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Sou%C3%ABf,_Charles_Marin_(n%C3%A9_vers_1794)_et_ses_proches&oldid=57764 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.