Ricord, Alexandre et son frère Philippe (1800-1889)

De Une correspondance familiale

Auguste Duméril est invité à une soirée chez Philippe Ricord en 1841.

Les frères Ricord, Jean-Baptiste, Alexandre et Philippe, sont les fils d'un armateur marseillais, émigré à Baltimore (Maryland) en 1790.

Jean-Baptiste Ricord, né à Paris en 1777 et mort en Guadeloupe en 1837, exerce la médecine. A la fois peintre et musicien, il s’intéresse à la botanique et devient membre de diverses sociétés savantes en France et aux Etats-Unis. Il donne de nombreuses contributions aux journaux scientifiques et publie une grammaire de Français (New York, 1812).

(Voir la monographie sur les autres artistes mentionnés dans les lettres).

Alexandre Ricord, voyageur du Muséum royal d’histoire naturelle de Paris, publie des communications dans le Bulletin des Sciences naturelles et de géologie (1827) : « Nouveau moyen pour faire mourir promptement les insectes » ; « Nouveau procédé pour conserver les poissons » (après un voyage à Haïti).

Philippe Ricord (1800-1889) commence des études médicales outre-atlantique et les poursuit à Paris. Docteur en médecine en 1826, il exerce un an à la campagne avant d’entrer au Bureau central ; il devient chirurgien en chef de L’Hôpital du Midi en 1831 et président de l’Académie de médecine. Il se consacre à l’étude des maladies vénériennes et publie un Traité pratique des maladies vénériennes en 1838, des Leçons sur le chancre en 1860. Il accumule très vite richesse, honneurs et distinctions.



Pour citer cette page

« Ricord, Alexandre et son frère Philippe (1800-1889) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Ricord,_Alexandre_et_son_fr%C3%A8re_Philippe_(1800-1889)&oldid=42248 (accédée le 27 janvier 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.