Paris : Boissier, confiseur

De Une correspondance familiale


Bélisaire Boissier et son successeur Cyrille Robineau (1824-1893)


Les de Fréville et Froissart se fournissent chez Boissier en dragées à distribuer lors des naissances (lettre du Mardi 27 janvier 1891).

Bélisaire Boissier, jeune confiseur venu de province, ouvre en 1827 à Paris sa première boutique boulevard des Capucines ; il propose en particulier des marrons glacés, qu'il est l'un des premier à fabriquer. Le succès est rapide et la maison ouvre des boutiques « Boissier » boulevard de Courcelles, avenue Raymond Poincaré, place de l’Opéra, avenue Victor Hugo (en 1887) ou aux Champs-Élysées. Avec son épouse Anne Antoinette Barbier (l'une de ses employées), Bélisaire Boissier développe son entreprise, créant de nouvelles friandises, dont les pastilles parfumées (à la mode vers 1840) et les « bonbons boule », fruits enrobés de sucre lisse.

En 1857 Bélisaire Boissier transmet sa maison à Cyrille Robineau. Cet entrepreneur développe de nouveaux produits, appréciés et vantés par le monde littéraire (Victor Hugo, Alexandre Dumas, Émile Zola, les frères Goncourt) ; il soigne également les emballages et la décoration de ses boutiques, séduisant la haute bourgeoisie impériale.


Pour citer cette page

« Paris : Boissier, confiseur », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Paris_:_Boissier,_confiseur&oldid=51850 (accédée le 5 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.