Paris. Exposition internationale d'Électricité (1881)

De Une correspondance familiale

En novembre 1881 Émilie Mertzdorff raconte à son père les visites qu'elle et son entourage font à l'Exposition internationale d'Électricité (lettres de 6 novembre 1881-A et du 10 novembre 1881-B).

Cette première Exposition internationale d'Électricité a lieu à Paris entre le 15 août 1881 et le 15 novembre 1881 au Palais de l'Industrie, sur les Champs-Élysées. Elle a un retentissement considérable : Émilie Mertzdorff mentionne l'entrée spéciale dont bénéficient les membres de la Cour des Comptes. Elle mentionne le téléphone (d'Alexandre Graham Bell) et s'extasie en entendant les voix des chanteurs d'opéra, grâce au Théâtrophone (de Clément Ader). Le public peut également admirer la dynamo de Zénobe Gramme, les ampoules électriques de Thomas Edison, le tramway électrique de Werner von Siemens, un réseau de distribution par Marcel Deprez, une voiture électrique par Gustave Trouvé, etc. L'exposition réunit des appareils de production et de transmission de l'électricité, des aimants naturels et artificiels, des paratonnerres, des boussoles, des appareils servant à l'étude de l'électricité et ceux auxquels l'électricité peut s'appliquer (dans les domaines du son, de la chaleur, de la lumière, la galvanoplastie, l'électrochimie, la signalisation, la force motrice; les applications industrielles, agricoles et domestiques...),

[Source : Wikipédia]

Pour citer cette page

« Paris. Exposition internationale d'Électricité (1881) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Paris._Exposition_internationale_d%27%C3%89lectricit%C3%A9_(1881)&oldid=23089 (accédée le 5 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.