Mercredi 14 février 1872

De Une correspondance familiale

Lettre d’Aimée Sophie Élisabeth Boblet (Paris) à Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1872-02-14.jpg


Paris, 14 Février 1872

Je ne vous dirai qu'un mot aujourd'hui, chère Amie, et je le consacrerai tout entier à vous remercier de tout ce que vous me dites d'affectueux, car je crois vous avoir donné de vive voix, et par les notes que vous avez copiées, tous les renseignements nécessaires pour l'analyse abréviative et pour les participes expliqués et raisonnés.

Merci donc et à vous et à votre chère enfant[1] de vos sentiments à mon égard ; c'est aux vôtres que je dois les siens dont je me réjouis doublement, puisqu'ils rendront mon influence plus facile et plus profitable.

Veuillez embrasser vos chères enfants[2] pour une vieille amie, qui vous prie d'agréer une nouvelle assurance de son affection.

S. Boblet


Notes

  1. Marie Mertzdorff.
  2. Marie et Emilie Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 14 février 1872. Lettre d’Aimée Sophie Élisabeth Boblet (Paris) à Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_14_f%C3%A9vrier_1872&oldid=41137 (accédée le 8 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.