Mardi 8 février 1785

De Une correspondance familiale

Fragment de lettre de Jean Charles Nicolas Dumont (Oisemont) à son fils Charles (Paris)


8 Février 1785[1]

Il paraît que le journal encyclopédique renferme l’extrait de mon plan de législation[2]….

Je joins la copie de la lettre ou billet du roi de Prusse[3] que j’ai reçu aujourd’hui, qui est dans un style flatteur mais pas encore tel que nous le voudrions, ne t’en agite pas trop. Je craignais qu’il ne trouvât mauvais que j’eusse fait imprimer sa lettre sans lui en avoir demandé la permission, je suis rassuré de ce côté-là et je parlerai plus hardiment, repose-toi sur moi et sois tranquille.


Notes

  1. Jean Charles Nicolas Dumont s’adresse à son fils Charles Dumont de Sainte-Croix.
  2. Plan de Législation criminelle par M. Dumont, un volume in-8, Paris, 1784.
  3. Frédéric II.

Notice bibliographique

D’après l’extrait publié par Ludovic Damas Froissart, dans André Marie Constant Duméril, médecin et naturaliste, 1774-1860, 1984, p. 12-13.

Pour citer cette page

« Mardi 8 février 1785. Fragment de lettre de Jean Charles Nicolas Dumont (Oisemont) à son fils Charles (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_8_f%C3%A9vrier_1785&oldid=41044 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.