Jeudi 9 mai 1839

De Une correspondance familiale

Lettre d’Auguste Duméril (Fontainebleau) à sa mère Alphonsine Delaroche (Paris)

lettre du 9 mai 1839, recopiée livre 8 page 985.jpg lettre du 9 mai 1839, recopiée livre 8 page 986.jpg


Fontainebleau 9 Mai 1839

Après une journée passée de la manière la plus agréable dans une promenade à pied qui a duré de 7 heures du matin à 5 heures du soir, je viens, ma chère maman, te donner de nos nouvelles, et telle que je te connais, je crois que ce petit mot que tu recevras demain matin et que tu liras sans doute dans ton lit, ne te fera pas de peine. Il te sera une preuve que nous avons pensé à toi, au milieu de ce beau pays, où nous avons éprouvé de vives jouissances. C’est au reste dès ce matin que nous avions formé le projet de t’envoyer quelques lignes si l’heure de la poste nous permettait de le faire.

Notre voyage sur le bateau à vapeur hier s’est fait aussi agréablement que possible, il a cependant été un peu long, car nous ne sommes arrivés qu’après 3 heures à un village situé à une lieue environ de Fontainebleau. Nous sommes venus par la forêt et avons fait une fort jolie promenade, nous avons été aussi dans le parc et avons soupé à 9 heures. Nous avons tous les trois parfaitement dormi. Nous en ferons certainement autant cette nuit, car nous avons pris passablement de fatigue, papa[1] au reste n’a pas souffert du long chemin que nous avons fait.

Demain matin, nous visiterons le parc et le château et à 10 heures nous repartirons en voiture pour le port où nous avons débarqué hier, et nous reprendrons le bateau à vapeur qui nous amènera à Paris entre 4 et 5 heures. C’est une manière si agréable et si peu fatigante de voyager que nous l’avons préféré à la diligence.

Adieu ma chère maman, papa et moi t’embrassons de tout cœur, et M. Bibron t’envoie ses compliments empressés.

Ton affectionné fils

A. Aug. Duméril


Notes

  1. André Marie Constant Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des lettres de Monsieur Auguste Duméril à M. Henri Delaroche (suite), 4ème volume [Séjour à Amiens chez Mr Dunoyer alors Préfet de la Somme (1833), à Soissons chez Auguste l’Ingénieur quand il y était en mission (1839). Course à Fontainebleau avec mon père et Bibron (1839)], p. 985-986.

Pour citer cette page

« Jeudi 9 mai 1839. Lettre d’Auguste Duméril (Fontainebleau) à sa mère Alphonsine Delaroche (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_9_mai_1839&oldid=40180 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.