Dimanche 11 août 1793 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Mme Platel (veuve Thillaye) (Rouen) à Rosalie Duval (épouse Duméril) (Amiens)

lettre du 11 août 1793 (B), recopiée livre 1 page 119.jpg


Madame Duméril,

Madame,

Pour répondre aux bontés dont vous honorez mon fils[1], je retarderai son retour autant qu'il me sera possible, cependant, je parlerai au particulier qui devait s'en charger pour le départ, je conviendrais avec lui, de manière qu'à son premier voyage il ira chez vous, et par des mesures de prudence, que les circonstances peuvent faire naître, Si vous en aperceviez la moindre lueur, je vous demande, au nom de ma tranquillité, de me le renvoyer avec la plus grande <célérité>. Vous ajouterez, aux obligations, que vous à celle qui a l'honneur d'être bien véritablement

Platel Veuve Thillaye.

J'offre mille expressions reconnaissantes à toute votre chère famille.


Notes

  1. Un fils de Mme Thillaye séjourne à Amiens dans la famille Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p. 119. Cette lettre est jointe à celle d’André Marie Constant Duméril (document 1793-10)

Pour citer cette page

« Dimanche 11 août 1793 (B). Lettre de Mme Platel (veuve Thillaye) (Rouen) à Rosalie Duval (épouse Duméril) (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_11_ao%C3%BBt_1793_(B)&oldid=39297 (accédée le 26 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.