Dhoye (Émilie Marceline), dite « Mélie » (1856-1918)

De Une correspondance familiale

Dans une lettre du 9 août 1918, Émilie Mertzdorff-Froissart écrit : « Nous avons été enterrer ce matin la pauvre Mélie notre vieille laveuse courbée de Buire. ». Des recherches dans les registres de l'état-civil de Buire le Sec (Pas de Calais) permettent de l'identifier : il s'agit de Émilie Marceline Dhoye.

Émilie Marceline Dhoye naît à Buire le Sec le 4 juillet 1856 (elle a donc seulement cinq ans de plus qu'Émilie Mertzdorff-Froissart, née en 1861). Émilie Marceline Dhoye est fille de (Pierre) Joseph Dhoye, né en 1822, et de (Françoise) Marceline Pidoux, née en 1823, mariés en 1847. Le père, Joseph Dhoye, domestique, puis faiseur de balais, est fils de journalier ; son épouse, Marceline Pidoux, est fille naturelle d'une ménagère, Élisabeth Pidoux. Il semble qu'Émilie Marceline Dhoye ait de nombreux frères et sœurs.

Émilie Marceline Dhoye meurt à Buire le Sec le 6 août 1918, toute courbée après une vie de laveuse.

Notes




Pour citer cette page

« Dhoye (Émilie Marceline), dite « Mélie » (1856-1918) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dhoye_(%C3%89milie_Marceline),_dite_%C2%AB_M%C3%A9lie_%C2%BB_(1856-1918)&oldid=53605 (accédée le 4 mars 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.