Deveze, Jean (1753-1829)

De Une correspondance familiale

En août 1805, pendant sa mission en Espagne, André Marie Constant Duméril rencontre dans une auberge « un médecin Danois établi à Philadelphie [qu'il avait] connu à Paris. il revenait de Madrid où il avait été dans le dessein d’étudier la maladie épidémique, mais ayant appris qu’elle ne se renouvelait pas il s’en retournait à Bayonne. » Tout porte à croire que ce médecin est Jean Deveze.

Jean Deveze, après avoir fondé et dirigé pendant 15 ans une maison de santé à Saint-Domingue, quitte la colonie pour fuir la révolte des esclaves. Il arrive alors à Philadelphie où vient de se déclarer une épidémie de fièvre jaune. Deveze prend du service à l’hôpital de la ville et acquiert sur le terrain un expérience qu’il présente fin 1803 à Paris dans une « Dissertation sur la fièvre jaune qui régna à Philadelphie, en 1793, depuis le mois d'août jusque vers le milieu du mois de décembre ».



Pour citer cette page

« Deveze, Jean (1753-1829) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Deveze,_Jean_(1753-1829)&oldid=41790 (accédée le 16 avril 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.