Darblade, Jean Baptiste (1838-1899)

De Une correspondance familiale

« Le fameux abbé Darblade », ami des Baudrillart, fait partie du jury d'examen devant lequel se présente Émilie Mertzdorff (lettre du 27 février 1878). Il s'agit probablement de Jean Baptiste Darblade.

L'abbé Darblade est aumônier au collège Rollin en 1872.

Le journal Le Figaro (18 août 1880), comme Le Gaulois, signale que « l'abbé Darblade, vicaire de Paris, à Saint-Denis » est « le successeur désigné du R. P. du Lac » « pour la rue Lhomond ». Un opuscule de Guy de Pierrefeu, paru en 1894 signale que « M. l'abbé Darblade, curé de Levallois-Perret près Paris, a aidé les jésuites à tourner la loi en prenant la direction fictive d'un de leurs collèges de Paris ». L'abbé Darblade est directeur de l'École Sainte-Geneviève (rue Lhomond) de 1880 à 1882.

Le Petit moniteur universel (7 décembre 1882) précise que l'abbé Darblade, nommé curé à Levallois-Perret (Haut-de-Seine) est né en 1838. Il semble qu'il reste curé à Levallois-Perret jusqu'en 1893.

Son avis de décès[1] le présente comme une « Vénérable, Discrète et Scientifique Personne ».

Notes

  1. Voir le document proposé par Geneanet-Paris : https://www.geneanet.org/archives/registres/view/180161/9.



Pour citer cette page

« Darblade, Jean Baptiste (1838-1899) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Darblade,_Jean_Baptiste_(1838-1899)&oldid=25034 (accédée le 24 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.