Chérifat, Marie Élisabeth (1858-1926)

De Une correspondance familiale


Émilie Mertzdorff-Froissart nomme plusieurs fois dans ses lettres « Mme Chérifat », qu'elle emploie rue de Sèvres à Paris. L'état-civil en ligne de Paris et de Nantes permet d’esquisser sa vie en pointillés.

Marie Élisabeth Chérifat naît le 15 avril 1858 à Alger de mère et de père inconnus. Elle devient lingère. A Nantes, le 30 mai 1882, elle donne naissance, à son domicile rue d'Erdre, à un garçon, Isidore Auguste Chérifat. Domiciliée rue Clément, elle meurt à Paris le 5 août 1926.

Son fils Isidore Auguste Chérifat épouse à Paris (6e arrondissement), le 18 mai 1912, Louise (Joséphine Alexandrine) Bessaque. Un enfant, Pierre Alexandre Chérifat, naît en 1913. Isidore Auguste Chérifat, au 5e régiment du génie, meurt « pour la France » le 19 août 1918, à l'hôpital temporaire Dijon, d'une double pneumonie infectieuse.

Le recensement parisien de 1926 indique que Louise Bessaque-Chérifat, née dans la Marne en 1888, veuve, est employée comme domestique par Clémence Froissart (descendante de Paul Froissart) dans l’immeuble du 29 rue de Sèvres où vit également le ménage de Louis Froissart.

De tout ceci les lettres conservées par la famille Froissart ne disent rien.



Pour citer cette page

« Chérifat, Marie Élisabeth (1858-1926) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Ch%C3%A9rifat,_Marie_%C3%89lisabeth_(1858-1926)&oldid=56132 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.