Briquet, Pierre (1796-1881)

De Une correspondance familiale

Auguste Duméril consulte Pierre Briquet en 1858 au sujet de la santé de sa fille Adèle – son père André Marie Constant Duméril « connaît et estime beaucoup » ce médecin.

Pierre Briquet est reçu docteur en médecine en 1824 avec une thèse sur les varices. Il est nommé médecin du Bureau central des hôpitaux de Paris (1831), médecin à l'hôpital Cochin (1836) et à l'hôpital de la Charité (1846) tout en enseignant à la faculté de médecine. Il est membre de l'Académie de médecine, section physique et chimie médicale (1860).

Il publie des ouvrages sur le Traitement des rhumatismes articulaires chroniques par les bains prolongés (1838), sur la variole, le choléra, les épidémies, les affections pulmonaires, etc. et un Traité clinique et thérapeutique de l'hystérie (1859) considéré comme l’un des textes fondateurs de la psychiatrie française, dans lequel il préconise l’usage thérapeutique de l’électricité (la « faradisation »).



Pour citer cette page

« Briquet, Pierre (1796-1881) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Briquet,_Pierre_(1796-1881)&oldid=41652 (accédée le 29 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.