Babinski, Joseph (1857-1932)

De Une correspondance familiale

Lorsque la petite Suzanne Degroote est atteinte de méningite, son père fait appel à l’expertise du docteur Joseph Babinski, « celui qui l'a soigné dans sa neurasthénie » (lettre du 12 juin 1916).

Joseph Babinski est le fils d'un ingénieur polonais Aleksander Babinski (1823-1899), patriote réfugié en France après la répression de l’insurrection polonaise de 1848. Aleksander Babinski prend part à la Commune de Paris puis part travailler comme ingénieur au Pérou (1874-1887). Joseph Babinski et son frère aîné Henri (1855-1931) sont élevés à Paris. Les deux frères sont scolarisés à l’Ecole polonaise des Batignolles, puis, en 1870 au Lycée Descartes (futur Lycée Louis-Le-Grand). En 1875, Henri entre à l’Ecole des mines de Paris tandis que Joseph choisit les études de médecine : externat en 1877, internat en 1879, thèse en 1885. Il est chef de clinique de Charcot (1885-1887), médecin des hôpitaux en 1890, chef de service à La Pitié (1895-1922). Il entre à l’Académie de médecine en 1914. Après la mort de leur mère (1897), puis de leur père (1899), les deux frères, célibataires, vivent ensemble, dans l’appartement du boulevard Haussmann jusqu’à la mort d’Henri en 1931.

Joseph Babinski est l'un des fondateurs de la société française de neurologie ; il publie une vingtaine ouvrages, en particulier sur la sclérose en plaques (1885), l'hypnotisme en thérapeutique (1910), le liquide céphalo-rachidien (1921), l’hystérie (1909), les troubles nerveux en neurologie de guerre (1917).



Pour citer cette page

« Babinski, Joseph (1857-1932) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Babinski,_Joseph_(1857-1932)&oldid=41541 (accédée le 4 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.