Weber, Louise - Sœur Adelinde (1835-1885)

De Une correspondance familiale

Charles Mertzdorff raconte : « Samedi j’ai eu la visite de la supérieure du couvent de Niderbronn accompagnée de Sœur Bonaventura. c’est une femme d’une belle figure assez grande, très fraîche dans les 40 à 50 ans au plus. Il paraît que c’est la tante de Michel, mon cocher ; elle est donc alsacienne ne parlant pas français mais le comprenant. Parlant peu. elle est venu inspecter ses divers établissements » (lettre du 15 novembre 1881). Cette religieuse est Louise Weber (Sœur Adelinde), fille de Laurent Weber.

Laurent Weber (1810, Gundershoffen - 1857, Oberbronn) est un journalier, tailleur de pierre et laboureur. D’un premier mariage en 1835 avec Louise Roessler (1808-1835) il a une fille Louise Weber (1835-1885), religieuse (Sœur Adelinde). En 1851 Louise Weber est admise gratuitement au couvent de Niederbronn où Élisabeth Eppinger (Mère Alphonse-Marie, 1814-1867) a fondé la congrégation des sœurs du Très Saint Sauveur dites Sœurs de Niederbronn. Sœur Adelinde est assistante de la fondatrice, avant d’être élue supérieure générale de cette congrégation. [D’après la Revue catholique d’Alsace 1906/07]

D’un second mariage de Laurent Weber en 1836 avec Madeleine Roessler (1808-1883), cousine de sa première épouse, naissent quatre enfants : Madeleine Weber (1837-1837) ; Madeleine Weber (1838-1899); Laurent Weber (né en 1842) ; Barbe Weber (née en 1845).



Pour citer cette page

« Weber, Louise - Sœur Adelinde (1835-1885) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Weber,_Louise_-_S%C5%93ur_Adelinde_(1835-1885)&oldid=42393 (accédée le 20 avril 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.