Sussenthaller, Émilie (née en 1859)

De Une correspondance familiale

Émilie Sussenthaller (ou Sussenthaler) est engagée momentanément par Charles Mertzdorff pour seconder Thérèse Neeff (1876-1877).

Émilie Sussenthaller, née à Thann le 21 juin 1859, est la fille de François Joseph Sussenthaller, potier (né vers 1818 ou 1819), et de Catherine Hueber (née vers 1823). La déclaration de naissance est faite par la sage-femme, le père étant malade, incapable de se déplacer. Le recensement de 1866 précise la nature de la maladie : « scrofuleux ». En 1866 François Joseph Sussenthaller habite avec son épouse et ses deux filles : Caroline (née vers 1854) et Émilie. Émilie Sussenthaller a au moins une autre sœur, Rosette Sussenthaller (décédée en 1865), qui épouse en 1849 François Muller et a au moins un fils, Théobald Muller, né en 1857.

François Joseph Sussenthaller est lui-même fils de Louise Boulez et de (François) Joseph Sussenthaller (décédé en 1861 à l'âge de 64 ans et 9 mois), potier, fils de potier, « décoré de la médaille de Sainte-Hélène », créée par Napoléon III, qui récompense les 405 000 soldats encore vivants en 1857 qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815. François Joseph Sussenthaller a au moins une sœur, Rosette Sussenthaller (vers 1826-1865) ; elle épouse de François Muller en 1849 ; ils ont au moins un fils Theobald Muller (né en 1857).



Pour citer cette page

« Sussenthaller, Émilie (née en 1859) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Sussenthaller,_%C3%89milie_(n%C3%A9e_en_1859)&oldid=42326 (accédée le 2 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.