Siraudin, Paul (1813-1883) et M. Reinhardt

De Une correspondance familiale

M. Reinhardt fait partie des relations de Charles Mertzdorff : ils se rencontrent aux eaux à Cauterets en 1876. M. Reinhardt est l’associé de Paul Siraudin.

Paul Siraudin commence sa carrière en écrivant pour le théâtre des pièces à succès, vaudevilles, revues, livrets d’opérette (dont La Fille de Madame Angot). Puis il ouvre en 1860 un magasin de confiserie, boutique somptueuse au coin de la rue de la Paix et de la rue Neuve-Saint-Augustin, à l’enseigne du Vaudevilliste Infidèle. Il en est fait mention dans de nombreux journaux de l’époque. Paul Siraudin est présenté comme « le poète des gourmets ».

Bientôt M. Reinhardt, maître en confiserie, entre dans l’affaire. L’une de ses spécialités : les violettes de Parme candies. M. Reinhardt est le successeur et continuateur de Siraudin.



Pour citer cette page

« Siraudin, Paul (1813-1883) et M. Reinhardt », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Siraudin,_Paul_(1813-1883)_et_M._Reinhardt&oldid=42308 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.