Samedi 1er février 1919 (B)

De Une correspondance familiale


Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering)



Répondu le 4 Februar 1919

[Le 1er février]

Réponse à rapports divers

Note Hornstein. En présence du souvenir du voiturier de Hornstein (Roth) qui croit bien avoir conduit les planches dans la cour, mieux vaut payer en spécifiant à Hornstein que dans la circonstance nous voulons nous en rapporter à sa bonne foi.

M. Helmer se mettra en relations avec notre séquestre. Il nous avisera de la suite.

M. Gilliéron. Prière lui confirmer que le travail que je lui ai demandé pour les drogues et matières de consommation est un travail préparatoire : Il s’agit de faire le relevé de ce que nous aurons à commander, s’enquérir des fournisseurs, prix et délais de livraison et, mais ne rien commander avant que nous n’en ayons reparlé.

Auto. Je n’aurai le nouveau n° que dans quelques jours. Prière me faire savoir d’urgence si le chauffeur Bader parle suffisamment le français pour venir chercher l’auto à Paris et s’il a un permis de conduire valable en France. Demander à faire établir de suite ce permis si Bader parle assez le français. Il s’agit bien entendu ici non pas d’un permis de circuler, mais d’un permis de conduire (qui est un certificat de capacité).

GP


Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 1er février 1919 (B). Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_1er_f%C3%A9vrier_1919_(B)&oldid=43041 (accédée le 1 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.