Hirtz, Mathieu Marc (1809-1878)

De Une correspondance familiale

Au début de la guerre, en août 1870, Charles Mertzdorff, maire de Vieux-Thann, cherche un médecin pour soigner de futurs blessés ; pour « avoir un Carabin de Strasbourg », en cas de besoin, il compte envoyer une dépêche à « M. Hirtz de Strasbourg ».

Mathieu Marc Hirtz, né dans le Haut-Rhin, fait ses études à Strasbourg ; il soutient sa thèse en 1836, devient agrégé de médecine en 1839. Devenu professeur de pathologie interne et clinique médicale en 1861, il est transféré dans la même chaire à la Faculté de Nancy en 1872. Peu après, malade, il doit confier son enseignement clinique à Hippolyte Bernheim. Mathieu Marc Hirtz est membre de l'Académie nationale de médecine. Il publie une Étude clinique de quelques médicaments usuels (1861), des études sur l'aconit ou la digitale, etc.



Pour citer cette page

« Hirtz, Mathieu Marc (1809-1878) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Hirtz,_Mathieu_Marc_(1809-1878)&oldid=41937 (accédée le 29 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.