Deguise, MM. (actifs au début du XIXe siècle)

De Une correspondance familiale

Pendant des décennies André Marie Constant Duméril puis son fils Auguste sont en relations professionnelles et amicales avec les Deguise. Il est difficile d’identifier avec certitude les divers membres de cette famille de médecins.

M. Deguise est nommé chirurgien à Charenton en 1798 et il est mentionné comme « ex-chirurgien en chef de la maison royale de Charenton » en 1818 au moment où il publie ses Observations sur les polypes utérins. Il est décédé avant 1838.

A Charenton, « le fils a remplacé le père » note Esquirol en 1838. Il s’agit probablement du médecin (1793-1871) dont le fils déplore la mort en 1871 par la faute des occupants Autrichiens.

Une thèse de médecine de F. Deguise sur l'anévrisme est publiée en 1804 (an XII) ; une autre thèse, de J. F. Charles Deguise, sur les plaies des articulations, est publiée en 1815 ; et en 1843 celle de Gustave Deguise, sur une forme de cyanose cardiaque.

« Deguise fils » publie avec Alexis-Casimir Dupuy (1775-1849) et François Leuret (1797-1851) leurs Recherches et expériences sur les effets de l'acétate de morphine (1824). Le Dr. Deguise rend publique en 1845 une Lettre adressée à MM. les membres de l'Académie Royale de Médecine, relativement à un différend survenu entre le médecin en chef [le Dr. Foville] et le chirurgien en chef de la maison de Charenton [le Dr. Deguise]. F. Deguise est l’auteur, avec Jean Jacques Joseph Le Roy d'Étiolles, d’un Avis aux blessés de février 1848 pour les demandes de secours et récompenses.



Pour citer cette page

« Deguise, MM. (actifs au début du XIXe siècle) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Deguise,_MM._(actifs_au_d%C3%A9but_du_XIXe_si%C3%A8cle)&oldid=60444 (accédée le 13 avril 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.