Blanchard, Raphaël (1857-1919)

De Une correspondance familiale


Se rendant à Moscou en 1892 au Congrès international d'archéologie préhistorique et d'anthropologie, Alphonse Milne-Edwards fait une partie du voyage avec Raphaël Blanchard (lettre Vendredi 19 août 1892) – mais celui-ci ne figure pas dans la liste des membres du Congrès. Raphaël Blanchard est un médecin et naturaliste.

Après des études à Paris, il poursuit ses recherches en Allemagne et en Autriche (1877), puis en Allemagne, Russie, Finlande, Suède, Norvège et Danemark (1880). Il soutient sa thèse de médecine en 1880 (De l'anesthésie par le protoxyde d'azote, d'après la méthode de M. le Professeur Paul Bert). Licencié en sciences naturelles en 1882, il est nommé agrégé d’histoire naturelle de la Faculté de médecine de Paris, où il enseigne la zoologie médicale (1883-1887). Il oriente ses recherches vers la pathologie parasitaire. Professeur d’histoire naturelle médicale à la Faculté de médecine de Paris (1897), il y enseigne – c'est une nouveauté – la parasitologie. En 1902, il crée l’Institut de médecine coloniale de la Faculté de médecine de Paris.

Parallèlement à sa carrière médicale, il mène des recherches en zoologie. Sa thèse d'agrégation (anatomie, physiologie et histoire naturelle) porte sur "les coccidés utiles" (1883). Raphaël Blanchard est parmi les membres fondateurs de la Société zoologique de France (1876), et en devient le secrétaire général (1879-1900). Il participe aux congrès internationaux de zoologie (1889-1904). Dans ce domaine-là, il publie également un nombre considérable d’écrits.

Très éclectique, à côté d'ouvrages de médecine coloniale et parasitaire et de zoologie, Raphaël Blanchard traite des cadrans solaires (1895), de l'art populaire dans le Briançonnais (1914), des maladies vénériennes dans l'art (1904), des ex-libris médicaux (1910) aussi bien que des amulettes chinoises (1918). On peut citer : Les Universités allemandes (1883) ; Éléments de zoologie (avec Paul Bert) (1885) ; Explication des planches murales d'anatomie humaine (1885) ; Traité de zoologie médicale, en 2 tomes (1889-1890 ; Les Animaux parasites introduits par l'eau dans l'organisme (1890) ; Règles de la nomenclature des êtres organisés adoptées par les congrès internationaux de zoologie : Paris, 1889 et Moscou, 1892 (1895) ; Instructions à l'usage des médecins, des naturalistes et des voyageurs, rédigées au nom de la commission du paludisme (1900) ; Notes historiques sur la peste (1900) ; Les Moustiques de Paris, leurs méfaits, mesures de préservation (1901) ; Climat, hygiène, maladies (1902) ; Madagascar au début du XXe siècle. Climat, hygiène, maladies (1902).



Pour citer cette page

« Blanchard, Raphaël (1857-1919) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Blanchard,_Rapha%C3%ABl_(1857-1919)&oldid=51975 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.